La différence entre lifting seins et réduction mammaire

Chirurgie esthétique des stars
29 octobre 2018
Septoplastie
20 février 2019

Quelle différence entre le lifting mammaire et la réduction mammaire ?

 

Lorsque leurs seins perdent leur fermeté et leur souplesse, beaucoup de femmes se tournent vers la chirurgie esthétique. Dans ce cas, la correction de la ptose mammaire est la solution idéale. Cependant, lorsqu’ils sont particulièrement volumineux, les seins tombants peuvent faire l’objet d’une autre intervention : la plastie de réduction mammaire.

 

Lifting mammaire pour redonner une jolie forme aux seils relâchés

 

Le relâchement de la poitrine s’accentue avec l’âge ou suite à d’importantes variations de poids. Il se traduit par un aspect inesthétique des seins qui semblent vides, distendus et sans étoffe. Pour le lifting des seins, l’objectif principal est de restaurer l’harmonie de la silhouette et le galbe des seins. Ainsi, la correction de ptose mammaire peut être effectuée seule ou associée à une réduction ou une augmentation mammaire.

 

La chirurgie plastique des seins hypertrophiés : pour alléger les seins et diminuer leur affaissement

 

Lorsqu’une patiente souffre d’hypertrophie mammaire, ses seins sont tombants parce qu’ils sont lourds. En effet, leur poids excessif les entraîne vers le bas, ce qui contribue à accélérer leur relâchement. De ce fait, la réduction mammaire est systématiquement accompagnée d’un lifting des seins. En effet, remonter la poitrine est indispensable pour éviter l’aspect vidé des seins, résultant du retrait de la glande mammaire.

 

 Beaucoup de similitudes entre la réduction des seins et la correction de la ptôse mammaire

Si elles n’ont pas toujours le même objectif, la réduction mammaire et le lifting des seins partagent de nombreuses similitudes.

Les deux interventions peuvent corriger une asymétrie mammaire. De même, si l’on omet le retrait de la glande lors de la réduction mammaire, le geste opératoire est plus ou moins le même (lorsque le lifting de la poitrine n’est pas accompagné d’une correction de volume). Les suites opératoires sont également très similaires, même si la réduction des seins peut être plus légèrement plus douloureuse qu’un lifting mammaire.

D’autre part, les cicatrices qui résultent de ces deux opérations sont quasiment identiques. Dans le cas d’un lifting mammaire, plus la chute des seins est importante, et plus l’incision sera étendue (puisque le chirurgien devra ôter plus de peau). Ceci est également valable pour la réduction mammaire. Les seins trop volumineux seront plus abaissés et nécessiteront des incisions plus conséquentes. Ainsi, la plastie de l’hypertrophie mammaire peut laisser deux types de cicatrices :

 

  • En cas d’hypertrophie mammaire modérée : une cicatrice circulaire entourant l’aréole + une cicatrice verticale qui descend jusqu’au sillon sous-mammaire
  • En cas d’hypertrophie mammaire importante : cicatrice en T inversé, c’est-à-dire cicatrice circulaire + cicatrice verticale + cicatrice horizontale au niveau du pli du sein

 

Ces cicatrices sont les mêmes qu’après une chirurgie des seins affaissés. A une différence près : lorsque la ptose mammaire est minime, une seule incision autour de l’aréole peut suffire.

Chirurgies des seins tombants et hypertrophiés : la question de la prise en charge

 

Reste la question du remboursement par les mutuelles ou l’Assurance maladie. A ce propos, Le lifting mammaire est une intervention purement esthétique, ce qui signifie que les frais de l’opération ne peuvent en aucun cas être pris en charge. Toutefois, la réduction mammaire est considérée comme une chirurgie réparatrice. A ce titre, elle peut être prise en charge par la Sécurité Sociale sous certaines conditions (l’hypertrophie mammaire est handicapante, la quantité de glande retirée dépasse 300 grammes par sein…)

Comments are closed.