D’où proviennent les greffes de cartilage utilisées dans la chirurgie plastique du nez ?

Ce que vous ne connaissez pas sur la rhinoplastie
4 novembre 2019

D’où proviennent les greffes de cartilage utilisées dans la chirurgie plastique du nez ?

La rhinoplastie repose sur des techniques chirurgicales qui favorisent un résultat naturel et durable. Dans cette optique, les greffes autologues sont devenues indispensables pour améliorer la structure nasale et apporter du volume au nez. Ainsi, le remodelage du nez peut nécessiter une greffe de cartilage autologue destinée à combler une arête nasale creuse ou une pointe trop projetée. Ces tissus cartilagineux peuvent provenir de différentes parties du corps. Toutefois, les caractéristiques du cartilage destiné à la greffe varient selon leur zone de prélèvement.

Remodeler le nez en réutilisant les tissus cartilagineux de la cloison nasale

Pour reconstruire le nez, le cartilage formant le septum nasal est le matériau préféré des chirurgiens plastiques. Il est parfaitement modulable et peut être prélevé au cours du même geste opératoire. Il permet de corriger le nez creusé ou de réaliser une rhinoplastie secondaire. Toutefois, il n’est disponible qu’en petite quantité. Si le patient a déjà subi une chirurgie plastique du nez, il y a de fortes chances que l’intervention initiale ait entamé, voire complètement épuisé le cartilage de son septum nasal.

Le cartilage des oreilles pour rehausser la pointe du nez

Le chirurgien peut prélever du cartilage depuis la conque auriculaire. Cette partie est facilement accessible et l’incision est dissimulée derrière l’oreille. Le cartilage provenant de la conque s’adresse principalement à la reconstruction de la pointe nasale. Il peut également aider à rehausser l’arête du nez, même si sa texture trop tendre nécessite une manipulation particulière.

Prélèvement du cartilage costal en vue d’une rhinoplastie d’augmentation

Le cartilage des cotes est disponible en quantité importante. Toutefois, son prélèvement est plus délicat que les deux précédents. Il nécessite une incision au niveau de la poitrine et environ 45 minutes pour collecter les tissus destinés à la chirurgie esthétique du nez. De plus, le cartilage provenant des cotes n’est pas aussi malléable que celui des oreilles ou du septum nasal. Une fois mis en place, il peut provoquer des irrégularités et des aspérités le long de l’arête nasale. Après la rhinoplastie, son évolution est difficile à prévoir. En effet, cette greffe risque de se rigidifier progressivement, altérant l’aspect du nez et annulant le bénéfice esthétique de l’opération. On lui associe également des douleurs postopératoires, une affection de la paroi thoracique ainsi qu’une cicatrice visible. De ce fait, le cartilage costal ne doit être considéré qu’en dernier recours.

Laisser un commentaire